Notre histoire

C'est en juin 1922 que M. Jacques-Maurice Laganière ouvre son magasin général, dans une bâtisse que son oncle Télesphore avait fait construire 50 ans plus tôt. À l'origine, le rez-de-chaussée servait de manufacture d'allumettes et les étages supérieurs logeaient la famille Laganière.

Quelques années plus tard, l'allumetterie J. Hamelin Laganière et Frères devient la Canada Matches Cie. et déménage dans une usine beaucoup plus vaste située à l'arrière du bâtiment original. Le local vacant change quelques fois de vocation et de propriétaire jusqu'à l'ouverture du "Magasin Général Laganière" en 1922.

Comme dans tout bon magasin général de l'époque, on y trouve une section vêtements et chaussures de travail avec "overalls à bavette", "frocks", pantalons d'étoffe, bottes lacées, bottines de feutre, etc..., une section outils, quincaillerie et peinture, une section épicerie avec conserves et produits en vrac, incluant sucre, cassonnade, fèves, pois, riz, farine, café et biscuits. Dans la section des dames, il y avait vaisselle, bibelots, tissus à la verge et articles de couture.

Pendant près de 40ans, Jacques-Maurice gère son magasin et y élève sa famille avec l'aide de son épouse Olive Blais. Il traverse la crise économique des années 30 et s'implique comme conseiller municipal avec son bon ami le maire Auguste Baribeau.

Vers la fin des années 50, le plus jeune de ses fils, Wilfrid, prend la relève. Avec son épouse Liliane Le Houillier, ils agrandissent et modernisent le magasin. On abandonne la section épicerie et on se spécialise en vêtements et chaussures pour toute la famille. Les départements de quincaillerie et peinture prennent de l'ampleur. On engage un nouveau commis, Jean Fortier, qui restera à l'emploi du magasin jusqu'à sa retraite, au début des années 90.

On taille de la vitre et du prélart, on vend et colore les peintures Ramsay, Interlux, National et Laurentide. On vend et fait l'entretien des très populaires tondeuses Lawn-Boy et le magasin devient le premier dépositaire Loto-Québec de la région.

Graduellement, quincaillerie et peinture délogent vêtements et chaussures. Vers 1978, un nouveau département fait son apparition: l'audio-vidéo, juste avant le "boom" du magnétoscope. On ne compte plus les centaines de "vidéos" (principalement Panasonic) que nous avons vendus à cette époque.

En 1989, c'est au tour de Maurice (petit fils du fondateur) de prendre la relève. Bien secondé par sa conjointe Dany Deveault, on procède à un nouvel agrandissement et on réaménage le magasin. De 1989 à 2002, nous arborons fièrement la bannière EUREKA. Pendant cette période, on augmente le choix en quincaillerie, plomberie, électricité et peinture. Le département des vêtements et chaussures de travail prend aussi beaucoup d'expansion et les produits audio-vidéo sont très populaires.

Début 2002, c'est le début de notre association avec Home Hardware, le groupement de quincaillerie le plus populaire au Canada. Cette nouvelle association nous permet d'élargir notre gamme de produits et de mieux répondre à notre fidèle clientèle. Cette même année, l'achat et le déménagement d'une maison voisine nous permet d'aménager un vaste stationnement.

Lors de notre dernier réaménagement en 2009, l'entrée principale (sur la rue Ste-Anne) qui était la même depuis l'ouverture du magasin a cédé sa place à une nouvelle entrée face au stationnement (sur la rue Madeleine de Verchères).

Heures d'ouverture